Philosophie islamique (les Grands Articles d'Universalis)

 

Universalis, une gamme complète de resssources numériques pour la recherche documentaire et l’enseignement.

ISBN : 9782341007382

© Encyclopædia Universalis France, 2017. Tous droits réservés.

Photo de couverture : © Dirk Ercken/Shutterstock

Retrouvez notre catalogue sur www.boutique.universalis.fr

Pour tout problème relatif aux ebooks Universalis,
merci de nous contacter directement sur notre site internet :
http://www.universalis.fr/assistance/espace-contact/contact

 

Bienvenue dans ce Grand Article publié par Encyclopædia Universalis.

La collection des Grands Articles rassemble, dans tous les domaines du savoir, des articles :
   ·  écrits par des spécialistes reconnus ;
   ·  édités selon les critères professionnels les plus exigeants.

Afin de consulter dans les meilleures conditions cet ouvrage, nous vous conseillons d'utiliser, parmi les polices de caractères que propose votre tablette ou votre liseuse, une fonte adaptée aux ouvrages de référence. À défaut, vous risquez de voir certains caractères spéciaux remplacés par des carrés vides (□).

Philosophie islamique (les Grands Articles d’Universalis)


Introduction

Vers la fin du IIe siècle de l’hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l’on débat de l’unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu’il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la liberté humaine, de la foi, du péché et du salut, du pouvoir et de sa légitimité, et même de la nature des corps. En somme, une théologie, une morale et une physique, pour reprendre une nomenclature usuelle en philosophie.

Quel espace reste-t-il à cette dernière ? Elle va pourtant s’y faire une place, non sans paradoxe puisqu’elle est importée dans la société islamique, venue d’un monde étranger et païen – ce qui explique que cette place lui sera toujours contestée. Pour imaginer cette situation, on peut se représenter par contraste celle de la spéculation chrétienne à ses débuts, née et formée en relation avec des écoles philosophiques actives et installées dans le contexte social, politique et spirituel de l’Empire romain.

De ce fait, la théologie chrétienne a eu d’emblée une tonalité philosophique, fût-elle polémique. Inversement, le problème originel de la philosophie en islam a été de se situer par rapport à la Révélation en termes peut-on dire de périhélie et d’aphélie : autrement dit, d’être marquée du caractère de la croyance ou de celui de l’infidélité.

1. Les débuts de la philosophie arabo-islamique

Évoquant les « sages des Arabes » d’avant l’islam, le théologien et historien des doctrines Abū l-Fatḥ al-Šahrastānī (VIe s. hég./XIIe s. apr. J.-C.) les présente comme « un groupe peu important dont les maximes consistent en saillies du caractère et en coups de génie ». Sans préciser davantage ce qu’il pouvait considérer comme leurs productions, il les rattache ainsi à l’ensemble des littératures aphoristiques qui foisonnaient dans l’Orient antique : sagesse donc plutôt que philosophie au sens technique du mot – sens restreint sans doute mais historiquement pertinent. Cependant, les régions conquises par les Arabes aux dépens des empires byzantin et sassanide au cours du Ier siècle de l’hégire étaient hellénisées, la philosophie et la sagesse grecques y étaient connues, des traductions d’ouvrages grecs en syriaque y existaient dès les Ve et VIe siècles de l’ère chrétienne : ainsi Sergius de Reš‘ayna (mort en 536) avait traduit en cette langue des ouvrages de médecine et des traités de logique d’Aristote ; Paul le Perse avait composé un Traité sur l’œuvre logique d’Aristote le philosophe dont on ne sait s’il a été écrit directement en syriaque ou d’abord en pehlevi ; ce traité était dédié au roi de Perse Chosroès Ier (531-578). Il faut tenir compte aussi des livres restés en langue grecque et qui étaient conservés dans divers centres du Proche-Orient et de l’Égypte : toute une littérature spécialisée était ainsi disponible et attendait en quelque sorte que de nouveaux lecteurs viennent à leur tour s’y intéresser.